L’Analyse Psycho-Organique, l’APO

par | 13 Mai 2018

L’analyse psycho-organique (APO) est une méthode née dans les années 1975 qui fait le pont entre la psychanalyse et les approches psychocorporelles. Elle propose des modèles qui rendent compte à la fois des processus psychiques, organiques, émotionnels, énergétiques. Son nom est composé de trois termes. « L’analyse » car elle est héritière de la psychanalyse en s’appuyant sur des concepts majeurs tels que l’inconscient, le transfert et le contre transfert, les pulsions, le symbolique, l’imaginaire et le réel… « Psycho », car elle a pour objet la pratique de la psyché, tant sur le plan intrapsychique que interrelationnel et trans générationnel. « Organique », enfin, qui signifie à la fois ce qui se réfère aux organes et aux tissus vivants et au corps. En effet pour l’analyse psycho-organique, la pensée est vécue dans le corps et nous pouvons sentir les pensées. Cette méthode met en évidence comment un mot peut toucher le corps en passant par exemple par une image, mais aussi comment à partir de l’inconscient corporel peut se former une image et se dire une parole. Elle permet ainsi une approche en finesse de l’inconscient pour comprendre comme se font blocages et distorsions en vue de libérer l’énergie.

La topique de l’analyse psycho organique est composée de trois niveaux, l’organique profond, la connexion organique et le concept.

L’organique profond, qui concerne la vie organique, somatique, régie par les systèmes neuro végétatifs. Il s’agit de l’instinct, de l’innée, de l’énergie de vie. Les méthodes utilisées par le psychothérapeute sont alors la détente, la relaxation, ou à l’inverse la mobilisation du corps pour réinvestir la sensation corporelle. Se situer à ce niveau pour débuter un travail permet pour un patient souffrant de maladie organique ou de troubles des conduites alimentaires de recontacter la vie organique inconsciente. Le second niveau est la connexion organique, qui se situe dans le lien entre le vécu corporel et la sensation ou entre le ressenti corporel et des situations vécues ou fantasmes. Lorsque l’on travaille avec ce niveau, le thérapeute est attentif à laisser raisonner les émotions, à comprendre le sens que peut avoir une sensation organique porteuse d’un souvenir. On peut y travailler avec le rêve et avec tout ce qui fait l’interface entre la sensation, l’émotion et la pensée par l’intermédiaire de l’image, ou la voix notamment.

La connexion organique est l’articulation entre l’engrammation corporelle de situations non élaborées et le sens dont ces encapsulations sont porteuses.

Le concept est le monde de la pensée, de la logique, de la temporalité, de la réflexion, de l’évaluation et du choix. Lorsque le psychothérapeute propose de travailler à ce niveau, le travail est de l’ordre de l’interprétation, proche de la pratique analytique, permettant dans le transfert de mettre en évidence dans l’histoire du sujet le sens d’un comportement répétitif, d’une phobie, d’un sentiment d’échec, etc.

La particularité de l’analyse psycho-organique est cependant de toujours articuler le sens à la sensation corporelle et au sentiment. En APO, nous considérons que l’expérience charnelle est le lieu même de la subjectivation. Ainsi, l’analyste psycho-organique ne cherche pas à réaliser un travail exclusif dans le champ conceptuel mais bien au contraire cherche à lier ce travail conceptuel à la réalité corporelle et « enchairée » de son patient. La pratique de l’APO permet de reconstituer une fluidité de fonctionnement à chacun des trois niveaux et de créer ou d’établir des liaisons conscientes.