Être humain en entreprise

par | 20 Juin 2018

Je découvre un salon organisé le 19 juin 2018, à Lille, dont la vocation est de rassembler au sein d’un évènement une communauté constituée de « tous ceux qui de près ou de loin, et surtout de près, s’intéressent à la place de l’Homme dans les organisations ». Baptisée « Human Day, la journée de l’Humain au cœur de l’entreprise », ce salon et congrès est destiné aux Ressources Humaines, Managers, et ceux qui sont intéressés par des solutions commerciales et opérationnelles au service de l’Humain, un panel d’opportunités de business « human centric ».
Mais que s’est-il passé pour que nous en arrivions à devoir instituer une « human day » ?
En tant que psychologue, bien entendu je me sens concernée, d’autant plus si je chausse ma casquette de psychologue intervenant en entreprise, avec ma spécialisation en psychologie du travail. Serai-je « human centric » sans le savoir ? Le psychologue fait de l’homme et de psyché sa matière première de travail, de réflexion et d’intervention. Le centre de son intérêt est bien l’homme dans toutes ses dimensions. Le débat autour de la prise en compte de l’homme dans l’entreprise m’amène en définitive à me requestionner sur ce qui caractérise un humain. Quelles sont les caractéristiques de l’espèce humaine ? La réponse à cette question pourrait faire débat. En dehors des critères biologiques qui peuvent le définir, l’être humain est le seul (probablement) à se poser la question « qu’est ce que ». Ainsi l’espèce humaine a le trait particulier d’être un « animal métaphysique » si l’on se réfère à Schopenhauer. Un humain pense, sent et s’exprime notamment par le langage, un humain doute. Voilà une bonne nouvelle.
Ce qui fait la matière première de mes interventions en entreprises est la subjectivité de l’être humain, en d’autres termes sa manière de vivre les évènements, qui lui est toujours propre et singulière. Qui peut en effet dire à la place d’un être humain ce qu’il vit ou ressent ? tout ce que chacun vit l’est à la lumière de son histoire personnelle et de sa personnalité et constitue sa singularité. Le vécu en entreprise, la sensation de bien-être ou le désagrément ressenti sont le terreau de mes interventions. En parallèle, ce qui me permet de faire avancer les situations qui me sont exposées consiste à confronter à ce vécu la réalité des entreprises, les décisions prises dans des logiques bien souvent diamétralement opposées, rationnelles, commerciales et économiques qui sont indispensables à la bonne marche des entreprises.
Et pourtant, c’est bien au confluent de ces deux approches que réside le quotidien de l’être humain en entreprise, c’est le terreau du management. Il ne s’agit aucunement de se voiler la face en revendiquant l’être humain dans une approche angélique, hors sol ; Il ne s’agit pas non plus de faire fi des ressentis et de reléguer l’humain au rang de la variable d’ajustement.
Ma manière d’accompagner les organisations intègre ces différents paradigmes pour que Etre humain et Entreprises soient compatibles et permettent de trouver des solutions au bénéfice de tous.